fbpx

La consolidation bancaire européenne : prochain mega deal ?

0 commentaires

Serpent de mer ou futur proche, la consolidation bancaire européenne est sur les langues de tous les banquiers M&A et journalistes spécialisés européens.

L’idée est simple : le paysage bancaire européen est éclaté avec une multitude d’acteurs forts dans leur pays et faibles à l’étranger. Ces acteurs, en raison notamment de l’environnement de taux bas qui perdure, ont une rentabilité faible de manière récurrente et des niveaux de valorisation très bas. Dans beaucoup de secteurs, cela devrait pousser à la consolidation pour réaliser des économies d’échelle. Cette idée est même poussée par la Banque Centrale Européenne, grâce notamment à l’union bancaire qui a permis de mettre en place une supervision européenne des grandes banques. L’émergence d’acteurs transfrontaliers pourrait aussi leur permettre de lutter à armes égales avec les géants américains, qui sont en train de prendre le contrôle du corporate banking européen grâce à une force de frappe incomparable : la capitalisation boursière de J.P. Morgan est égale à celle cumulée des 5 plus grosses banques de la zone Euro !

De nombreux acteurs du paysage économique européen poussent ainsi à des opérations de fusions transfrontalières majeures : rachat de Commerzbank par BNP Paribas, par la Deutsche Bank, par la Société Générale, par UniCredit ? Fusion Société Générale / UniCredit ?

Pourtant, ces mega-deals ne viennent pas, et les seules opérations réalisées concernent acquisitions ciblées dans des géographies ou des lignes de métiers spécifiques (par exemple le renforcement de BNP Paribas en Pologne ou le rachat de Pioneer par Amundi, filiale de gestion d’actifs du Crédit Agricole).

L’idée se heurte à des obstacles majeurs, autant de reflets des difficultés de la construction européenne.

En premier lieu, le refus politique de voir un acteur économique majeur passer en des mains étrangères, même européennes : on se souvient de la réticence du gouvernement français à laisser Fincantieri, un industriel italien, racheter les chantiers navals de Saint-Nazaire, une opération à quelques dizaines de millions d’euros, concernant environ 2 000 emplois. Peut-on alors imaginer le gouvernement français laisser, pour prendre un exemple présent dans la presse ces derniers temps, UniCredit racheter la Société Générale, dans ce qui serait une opération à plusieurs milliards d’euros et concernant plus de 100 000 emplois, dans un secteur essentiel aux rouages économiques et financiers de l’économie française ?

Cette absence de fusions transfrontalières s’explique aussi par les tendances de fond du marché bancaire européen. Face à la numérisation du secteur et à la concurrence accrue des fintechs voire des GAFA, est-il vraiment nécessaire de réaliser des opérations extrêmement coûteuses en capital et au coût social probablement non-négligeable, qui pourraient détourner d’autres priorités stratégiques comme justement le développement de plateformes numériques ?

Y aura-t-il au cours des prochains mois ou des prochaines années une opération de M&A transfrontalière majeure ? Une fusion entre deux acteurs forts paraît improbable mais, si les difficultés de certains acteurs de taille majeure persistent, on pourrait assister à un rachat/sauvetage par une banque issue d’un pays voisin.

error: Content is protected !!